Cartouche

Ca avait l’air simple, et ça le reste mais c’est par la grâce des joies profuses qui re-simplifient tout et auxquelles la démarche dispose : rencontrer des œuvres et de singulières personnes à l’ouvrage. Parce que pour le reste, c’est beaucoup de choses assez peu bouleversantes à faire tenir ensemble dans cette espèce de patate fumeuse avec un cartouche flottant, «ma petite entreprise», qu’on porte sous le bras avec des airs de seigneur télégénique précaire.

Il ressort pour l’instant de tout ça qu’autant «la peinture, ça vous tient éveillé» (Balthus), autant l’entreprenariat ça vous empêche de dormir. Dont acte.

Laurent Seror

Share Button
Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code


2 + deux =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>