Ecologie du dessinateur de super-héros

Dans mon environnement immédiat pendant que je m’escrime à faire des petits Mickey, discrète et humble, il y a une véritable super-héroïne à l’œuvre. Une tueuse.

C’est incroyablement salutaire.

Ca évite de se faire des moiteurs plus haut que son cul et et ça ordonne de se trouver bien inspiré de miser plus sur le travail que sur quelque grâce créative.

Rien que pour ça, merci Raphaëlle.

2 réflexions au sujet de « Ecologie du dessinateur de super-héros »

  1. Raphaëlle

    ….ben alors? chui tout émue…c’est trop…
    mais c’est bien vrai pour le travail, c’est ça d’abord et puis des fois une alchimie qu’on n’explique pas…on se sent béni…et puis ça s’en va, et il faut retravailler, et ça recommence….c’est épuisant!
    Merci Léon…trop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code