Premiers pas

Visite de l’atelier de Laurent Gorris, je devais apporter du blanc mais je suis déjà arrivé trop à la bourre et il n’en a finalement pas fallu pour la bulle de la conversation. L’atelier est beau, paisible, la grande presse en place sous l’étendage vide où je m’attendais à regarder sécher des gravures comme des géologies ultra-rapides, sur une table les planches du livre en cours et des piles de boites en feuilles de bois qui recevront le livre suivant dont la névralgie est déjà ordonnée par le concept de «camembert».

J’ai vu plein de choses, une dévoration toute crue de l’imaginaire, la quasi-totalité posée par terre de l’expo que nous essayons de programmer pour janvier/février. Reste quelques gravités et quelques grâces à peindre ensemble pour lui, quelques cadres pour moi et le lieu adéquat à trouver. Mais est déjà acquise la fierté que j’ai que ce boulot là, ce peintre là, ce gars là, inaugure mon Oujopo. Le ton est donné, je vais faire un beau métier.  

Laurent Seror

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code


+ neuf = 15

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>