Les mains savent

Passage, trop vite, dans les murs de Gérald Bortoluzzi, après on est sorti survoler des verres en terrasse et laisser libre cours au libre cours à ma portée – j’étais fatigué. J’ai quand même eu le temps de voir que ce que je voulais voir ou revoir était caché et que ce que ne pensais pas voir me disposait moi à me chercher une cachette fissa. Je retiens l’abondance comme impression immédiate, et l’idée que les mains de cet homme là ont quelque chose de patrimonial ; ce qu’elles savent est culture.

Du coup mon rôle sera juste de laisser passer, ça devrait aller, j’ai quelques semaines devant moi pour apprendre à nourrir des canaris, et à ordonner les routines de bons soins qu’ils exigent.

Laurent Seror

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code


1 + = dix

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>