Grrrrr, n’est-ce pas ?

Marché de la création très pénible où je vis une bande de «chanteurs» investir le stand laissé vacant à coté du mien et qui est habituellement occupé par quelqu’un que je vis déjà avec la résignation qu’on réserve aux voisins plutôt qu’avec le sentiment de l’élection d’être un peu artiste de seulement le côtoyer à cette distance et à cette fréquence. Un con d’élevage le gars, mais on a trouvé dans la géographie réelle la géométrie effective d’un périmètre de sécurité… Mais du coup depuis aujourd’hui je commence à penser que c’est cet emplacement, jouxtant le mien, qui est maudit, à rendre les gens qui le foulent parfaitement, désespérément débiles.

Les gugusses du jour, ni bonjour ni merde, pas un regard même, il se posent à deux mètres de moi, déploient un chevalet commun pour les paroles de «la digue du cul», «je marche seul», ou «le petit bonhomme en mousse» (n’étant pas mélomane je n’ai pas reconnu) et se mettent à beugler à l’unisson (à peu près, en plus). Stupéfaction de tous à 40 mètres à la ronde, la personne qui vient de me demander si mes aquarelles sont des vraies céramiques, n’entends pas ma réponse outrée et s’en va illico en me souhaitant un bon courage dans une embrassade fraternelle. Ma chérie qui tient le stand «Jule de chez schmitt en face» simule une rupture d’anévrisme et mes autres voisins convoquent une réunion extraordinaire du syndic au stand de la fille qui fait ces sculptures en guano qui évoquent par un biais étrange et pénétrant le concept de guano.

On n’a dès lors plus rien entendu ni vécu… qu’eux.

Alors je suis allé les voir après cinq chansons, et il s’avère après une heure de palabre, et surtout après l’intervention diplomate de ma compagne qui avait autre chose à foutre et qui a donné beaucoup trop de son temps pour trop peu de bon sens, que je ne suis pas sympa et que ça me va, mais qu’on peut beugler jusqu’à être sûr qu’on n’intéresse décidément personne en se mettant dans le périmètre prévu à cet effet où les gens d’un peu de talent parviennent à faire un carton authentique sans emmerder personne un instant.

Et on a eu de la chance, Jean-marc Le Bihan aurait pu passer par là ce matin…

2 réflexions au sujet de « Grrrrr, n’est-ce pas ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *