Archives mensuelles : mai 2016

Léon SOJAC / NH=SOJ (Extrait 25/26)

Un extrait par jour -texte ou illustration / Aujourd’hui à lire…
A paraître – (c) Le Frigo micro éditeur / mai 2016

Il se fait tard, non ? Te souviens-tu ce temps où chaque jour je pouvais te parler d’une veille où il ne m’arrivait que ce que j’étais incapable de faire arriver moi-même, d’accord, mais quand même… Où du moins chaque nuit, les chats devaient se trouver une raison inédite d’être sempiternellement gris. Je me sens périmé. Je ne me souviens pas que les quinze dernières années aient pu à quelque moment augurer cet abandon auquel ma mémoire immédiate semble les vouer. Je me souviens plutôt d’un genre italien ; méta-italien peut-être, pas sûr : j’ai tendance à ignorer ce qu’induisent de vivifiant les grumeaux des langues mortes. Je me souviens en tout cas d’un genre à parler avec les mains des autres.

Lire la suite : ICI

Léon SOJAC / NH=SOJ (Extrait 23/26)

Un extrait par jour -texte ou illustration / Aujourd’hui à lire…
A paraître – (c) Le Frigo micro éditeur / mai 2016

Je descends au ferry à sept heures moins vingt pour y être à l’heure pile, via un long escalier au sommet duquel je me bricole furtivement un destin d’avalanche – de là-haut, le centre ville endigue malencontreusement la mer. Il fait d’un coup salement beau, je me suis levé à quatre heures pour lire et regarder encore, et je me souviens encore que ce que je sais de la nuit, c’est de l’aube que je le tiens. Je flâne tout ce que je peux flâner, et c’est comme des envies de flirt sans objet. Je me sens inépuisable jusqu’à ce que je tourne l’angle droit qui tord le quai en «L» derrière la capitainerie, comme si d’un coup j’étais prêt à apparaître, moi, mais sorti à grand peine d’un chapeau-clac, comme un lapin débutant qui aurait le trac à son premier spectacle comme accessoire. Et je me surprends à chercher encore une trappe qui m’aurait échappé naguère, et dans laquelle elle aurait sauté naguère à pieds joints une fois pour toute.

Ensuite je me surprends à embarquer, mais ça c’est là-bas que je l’ai appris.

La suite : ICI