S’ouvre

S’ouvre

De retour de Dommartin, un dimanche soir
Où j’étais d’astreinte – j’en avais sué sang
Et eau au fond du drain de l’A6 qui répand
De la bagnole dans Lyon comme un entonnoir

Inversé – d’ailleurs à la sortie du tunnel,
On dirait la ponte massive d’un insecte –
Ses oeufs préoccupés, ou du moins qui affectent
Cette allure à être d’une pluie torrentielle

D’univocité et qui est d’avant-hier.
Le mien pourtant se fissure et s’ouvre d’un coup
Au beau milieu du pont Galiéni et libère

Le regard du mort : putain, putain que c’est beau !
La terre,  l’eau, le ciel sont léchés par en dessous
Par un démiurge qui s’est fait les yeux d’un chiot.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code