Devant chez M.

Devant chez M.

La pleine’ lune accroche comme un lampadaire’ de plus
au parking devant chez M. – c’est toujours elle
que j’attends perdu au pince’ fesse habituel
des mondanités de l’anxiété, au rictus

attenant qui anticipe probablement
ce que j’espère au fond : cette grimace dure
qui tire’ les commissures de tout et rature
son visage plus qu’elle’ ne le barre vraiment ;

et qui est son sourire, à elle – encore’ qu’il vaut
quasi un concours de circonstance, la photo-
-finish d’une géologie ultra rapide

où les humeurs se règlent’ sur la ligne. La voilà,
avec son grand bavoir blanc, et ses petits bras
tordus. Elle a sa figure emballée sous vide.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code