Sans reste

 

Sans reste

Je ne sais plus où tu es, c’est à peine si
j’ai su. Comme dit Big Jim, Ken ne bande plus.
Ken s’emmerde et boit sa soif sans reste, à demi-
-bu lui-même, à moitié nu ou alors le cul

sans reste dans un linceul – il ne faudrait pas
que tu le saches, il ne faudrait quasiment rien
pourtant pour que tu le saches – laissons cela :
il faut garder des réserves aux lendemains

qui n’auraient d’indigne qu’eux-mêmes – c’est tentant
de se rêver ailleurs, et au parti d’en rire,
la nuit aussi. Je te regarde comme un flanc

d’organes et de blablas dans un moule à tarte
de regrets, qui déborde. Regarde toi jouir,
il faut que tu te reprennes, il faut que je parte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code