Adossé

Adossé

Adossé, la figure embusquée à couvert
des feuilles d’air, de rien : des rosées et des mousses
pour le change – quelque chose d’assez amer
à la bouche, comme une peau d’amende douce

passée sur la langue de la mégère extra-
-lucide, apnée furtive tout au fond du fond
d’un décolleté abyssal, un eczéma
prometteur ou la marque de ces quelques gnons

qui sont toute la peau possible. Tout devrait être
ourlé comme maintenant et me dédier
à mes doigts et ma langue autant qu’à ces deux mètres

qui sont un peu de temps, de verbe investis…
Je crois que je bois pour cela : pour être adossé
à ce mur (mon idiotie), et y prendre appui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code